Louis Parle

Louis Parle

Print Friendly, PDF & Email

 

Je suis né à La Rochelle en Charente-Maritime sur la côte atlantique et j'ai grandi à Châtelaillon-plage une petite ville de bord de mer.

 

Elevé dans une famille catholique très impliqué dans l'Église, j'ai été formé dès ma plus tendre enfance dans la foi catholique et nous donnions une place importante à la vie religieuse au sein de la famille.

Nous avons toujours mis Jésus au cœur de nos vies.

Après les mouvements «Concile Vatican II» des mouvements traditionalistes ont été créés, car le Concile a été vu pour beaucoup comme une révolution pour l'Église, comme un changement radical qui a porté grand nombre des fidèles loin des racines de la foi au nom du progrès, détruisant alors tout le sacré de la liturgie la rendant de fait fade sans plus de réelle conscience de la vraie présence de Jésus dans l'Eucharistie .

Aujourd'hui, à cause de la déchristianisation de la France et de la naissance des nouvelles sociétés sans Dieu, certaines personnes adhèrent à ces mouvements car ils veulent revenir à une société plus morale et mettre Dieu au cœur de leur vie.

 

À mon avis il est important pour le catholicisme d'avoir des personnes engagées qui sont l'avenir de l'Eglise et qui sont prêtes à se sacrifier pour une cause: rétablir une société plus morale et revenir aux valeurs traditionnelles qui ont été détruites à la Révolution et continuent à l'être encore aujourd'hui.


Le scoutisme a été pour moi une grande expérience, me permettant de grandir avec d'autres catholiques au contact de la nature, ce qui n'est pas donné dans notre société.

 

Il me permet d'admirer mon environnement et de faire une pause dans ma vie quotidienne, il m'a permis de me libérer des chaînes qui nous lient à notre vie moderne.

Le scoutisme est un système éducatif créé par Lord Baden Powell, il est un mouvement de jeunesse basé sur l'apprentissage de valeurs fortes telles que la charité, l'entraide et le respect.

Son but est d'aider les jeunes à former leur caractère et à construire leur personnalité tout en développant des aptitudes physiques, ainsi qu'une vie spirituelle.

Il s'agit d'un enjeu majeur pour le catholicisme français, car le scoutisme nous permet d'appréhender d'une manière différente notre vie, l' orientant vers une voie plus spirituelle. Il prépare le jeune au combat spirituel quotidien, il nous aide à nous épanouir dans la foi, et à devenir prêt à servir le Christ dans un idéal chevaleresque, en toutes circonstances.

 Une majorité français n'est pas d'accord avec l'adoption de cette loi. En effet, elle est presque hérétique dans une société de plusieurs siècles d'histoire chrétienne et le changement est trop brusque.

Le gouvernement a adopté la loi du « mariage pour tous » sans avoir demandé l'avis de son peuple par référendum. Les médias, de manière générale, suivent l' avis du gouvernement sur ce genre de sujets de sociétés prêtant à la division. Le travail du journaliste est avant tout l'objectivité.

Mais dans un monde où le politique domine les médias s'adaptent et on tendance à s'accorder sur ce que pense la majorité parlementaire, ils sont dès lors vite amenés à tomber dans le « politiquement correct ». Seuls quelques journaux comme Présent, L'Héritage, Rivarol ou l'Action française 2000 sont plus objectifs sur la situation politique française parce qu'ils ne rentrent pas dans le système habituel des médias.

Ces journaux se battent pour la vraie cause française, une cause qui ne tire pas son pouvoir d'une lutte politique intéressée; ces journaux ne sont pas soumis aux lobbies ou autres groupes de pression étant indépendants, et ils pensent la nation comme une unité culturelle commune basée sur un héritage commun et non pas comme un territoire ouvert à tous subissant malgré lui la mondialisation et la politique européenne, car soumis à l'Europe de Bruxelles le français n'est plus souverain dans son propre pays. Les représailles utilisés par les forces publiques pendant les manifestations contre le mariage de personnes de même sexe par exemple, sont un bon exemple du système répressif que nous avons aujourd'hui en France, système républicain qui veut, par un travail de sape, éliminer toutes les formes de valeurs que nous pouvons encore trouver dans la société. Mes amis, ma famille, et moi-même comme beaucoup de gens, sommes très choqués par cette loi et par le fait que le gouvernement n'a pas écouté son peuple qui a lancer un mouvement de masse manifestant alors sa colère et sa détresse.

Je suis royaliste parce que je suis encore jeune, et je vois le pays de mes ancêtres et celui des générations futures dans un déclin tel qu'il m'est impossible d'y rester insensible. Je suis nostalgique d'une grande France, respectée dans le monde entier pour ses valeurs, ses traditions, ses racines, même pour son idéal chevaleresque. Aujourd'hui, ma France souffre des valeurs républicaines imposées à la Révolution dans le sang, frères contre frères, qui ont fait table rase du passé. Pour moi, un roi catholique pourrait unifier mon pays pour plusieurs raisons. Tout d'abord le roi apprendrait dès sa naissance à aimer et conduire son pays, d'office promis au pouvoir il n'aura pas lutter pour l'avoir et le pouvoir n'est donc pas nécessairement son but premier contrairement aux politiciens qui apprennent à se former pour diriger .Il apprendrait la notion de «bien commun» aujourd'hui trop oublié au profit des propres intérêts des hommes politiques et donc la cause de son travail ne devra plus être le pouvoir ou l'argent, mais bien la concorde de son peuple sur qui il aurait charge d'âme devant Dieu.

Aujourd'hui, alors que nous avons une succession de présidents qui font et défont les lois, il serait préférable d'avoir un roi qui puisse conduire une politique pérenne qui dès lors s'opposerait à ce que nous connaissons depuis l'institution de la République c'est à dire des politiques à court terme changeant tous les cinq ans avec le président. L'idée du roi a toujours été latente en moi et s'est développée en grandissant. Le roi répond à mon idéal chevaleresque et chrétien il fédèrerait son peuple autour de l'idée de l ‘amour et de défense de la nation tout en rendant à la chrétienté sa place dans la société et son éclat d'antan la France étant « Fille ainée de l'Eglise ». De plus en plus de jeunes se joignent à des mouvements patriotiques ou royalistes parce qu'ils répondent à leurs besoins de s'engager pour une cause et qu'ils se sentent responsables de l'avenir de leur pays tout en gardant un esprit commun du même amour pour la patrie. Observant ce déclin civilisationnel et la montée en puissance d'un islam radical il est de notre devoir de se préparer à des conflits graves au sein même de notre pays et de chercher une solution à la tolérance que nous avons tant et tant prônée sans en voir les conséquences.

Aujourd'hui, de nombreuses personnes, jeunes ou moins jeunes, ressentent le besoin de quitter leur routine et viennent pérégriner sur les routes de Chartres. Ce pèlerinage nous permet de vivre une expérience avec des milliers d'autres personnes, nous marchons de la cathédrale de Paris “Notre Dame de Paris» à «Notre-Dame de Chartres», priant et louant Dieu. Tout au long du pèlerinage, nous avons la volonté d'imiter la Passion de Jésus dans la mortification des sens.

Nous venons avec des raisons différentes, mais le seul but est notre sanctification. La marche est ardue, mais il y a là une atmosphère particulière: il est possible d'y sentir l'union de prière qui nous lie tous ensembles catholiques.

Quand on voit, au loin, la cathédrale de Chartres tous les gens sont remplis de joie et nous entendons chanter le fameux «Chartres Sonne, Chartres t'appelles” d'une seule voix. Mais Chartres, c'est d'abord une rencontre spirituelle avec Dieu, un retour à la vérité. Selon l'état d'esprit dans lequel est fait la marche et le sens que nous lui donnons il est possible de percevoir différentes grâces de conversion ou de discernement par exemple mais il est possible de ne pas en recevoir du tout donnant d'autant plus de sens à la mortification puisque la mise à l'épreuve de la foi est alors dure à accepter.

Cette expérience nous permet de faire un point sur notre vie quotidienne, elle nous fait grandir dans la foi ou du moins la renforce et elle permet de partager ses moments de douleur et de joie avec d'autres chrétiens , c'est alors alors que nous découvrons de véritable sens de « Eglise » qui est « rassemblement ».

Comments

comments

No Comments

Post A Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.